En Tunisie   Promo  Thématique  Séjours   Gallerie Circuits Annuaire Histoire
 
 
 

Histoire de la Tunisie:

Epoque Arabe

Au septième siècle, l'Ifriqiya est intégrée au monde musulman. La ville de Kairouan , que les arabes fondent en 670, devient la capitale de la province et le centre de la vie religieuse. C'est la ville où l'on trouve les mosquées les plus anciennes et les plus prestigieuses du Maghreb. Carthage tombe en 698.

Cette ère est marquée par le développement urbanistique du pays, et l'apparition de grands penseurs tels que Ibn Khaldoun, historien et père de la sociologie moderne, dont les travaux sont encore enseignés.
Sous la dynastie des Aghlabides, établie vers l'an 800, l'Ifriqiya rayonne dans tout le monde musulman. C'est aussi à cette époque que c'est construite la Mosquée Zitouna de Tunis.
En 909, les Fatimides prennent la succession des Aghlabides. Ils fondent Mahdia en 921, qui devient la capitale du pays.
En 1159, les Almohades unifient le Maghreb : leur juridiction s'étend de l'Andalousie à la Tripolitaine.
Cependant, moins d'un siècle plus tard, en 1236, les Hafsides, vassaux des Almohades, se déclarent indépendants et fondent une nouvelle dynastie à Tunis.
Aux XVe et XVIe siècles, l'arrivée des mauresques musulmans et juifs andalous chassés d'Espagne par la Reconquista provoque un enrichissement intellectuel considérable.

Période Ottomane

En 1574, la Tunisie est annexée à l'Empire ottoman.
Quoique toujours officiellement une province de l'Empire Ottoman, la Tunisie acquiert une grande autonomie au XIXe siècle, sous la dynastie des beys Husseinites, fondée en 1705. A cette époque, le pays vit de profondes réformes, comme l'abolition de l'esclavage et l'adoption en 1861 d'une constitution — la première du monde arabe —, et manqua même de devenir une république indépendante.
Malheureusement, en raison d'une part des la politique ruineuse des Beys, et d'autre part d'interférences étrangères dans l'économie, le pays connut de graves difficultés financières qui contraignirent à déclarer la banqueroute en 1869. Ce fut l'occasion pour les grandes puissances européennes de mettre pied dans le pays, qui fit l'objet de rivalités entre la France, l'Italie et le Royaume-Uni.
La Tunisie avait à peine amorcé son virage vers l'indépendance qu'elle retombait sous le joug d'une autre puissance étrangère. Ce fut la France qui réussit à imposer au Bey un protectorat, à la grande colère de l'Italie qui voyait la Tunisie comme son domaine réservé.

Epoque Coloniale

Le 12 mai 1881, le protectorat français fut officialisé par la signature du traité du Bardo. La France ne tarda pas à abuser de ses droits et prérogatives de protecteur pour exploiter le pays comme une colonie, en contraignant le Bey à abandonner la quasi-totalité de ses pouvoirs au Résident Général de France, qui représentait à Tunis les intérêts de la République française protectrice. L'occupation eut néanmoins certains effets positifs, notamment au niveau de la modernisation du pays : la Tunisie put ainsi bénéficier du savoir-faire français en matière de réseau ferré, d'agriculture, d'industrialisation, etc. Le début du XXe siècle est marqué par les premières initiatives sérieuses contre l'exploitation coloniale du protectorat par la France. Leur répression violente conduit les mouvements nationalistes à se radicaliser et le 3 juin 1920 est créé le Parti Libéral Constitutionnel Tunisien (Parti du Destour), qui revendique l'indépendance totale du pays.
En 1932, Habib Bourguiba, un jeune diplômé en droit membre du Destour, fonde avec d'autres le journal L'Action Tunisienne , qui, outre l'indépendance, prône la laïcité. Cette position originale au sein du Destour conduisit deux ans plus tard à sa scission en deux branches, l'une islamisante qui conserva le nom Destour, et l'autre moderniste, le Néo-Destour. Ce nouveau parti fut dirigé par un bureau composé du Dr Mahmoud Materi (Président), de M. Habib Bourguiba (Secrétaire Général), et de MM. Tahar Sfar, Bahri Guiga et M'hammed Bourguiba (membres).
Au milieu des années 30, la répression coloniale se fait plus violente et Habib Bourguiba est éloigné avec d'autres militants dans le Sud tunisien o? il est assigné à rédidence. En 1936, l'accession au pouvoir du Front Populaire permet la libération des leaders indépendantistes. Ce répit ne dura pas et en 1938, Habib Bourguiba est emprisonné en France pour conspiration contre la sûreté de l'Etat.
Malgré sa libération par le régime de Vichy à la demande de Mussolini, Bourguiba ne voulut pas cautionner des régimes fascistes et lança le 8 août 1942 un appel au soutien aux troupes alliées. Cette position lui valut d'être aussitôt arrêté par les nazis, mais allait être à l'origine de sa remise en liberté en avril 1944.
Rapidement, des négociations avec le gouvernement français sont menées par Habib Bourguiba et Salah Ben Youssef, mais leur échec provoqua en janvier 1952 le début de la révolution armée et un durcissement des positions de chaque camp.
Cette situation difficile fut apaisée par les réformes de Pierre Mendès-France un peu plus d'un mois après son accession au pouvoir en juin 1954. En effet, le 31 juillet 1954, il annonce unilatéralement la reconnaissance de l'autonomie interne de la Tunisie, et la formation d'un gouvernement intérimaire, auquel participèrent trois membres du Néo-Destour. Le traité de l'autonomie interne fut signé le 3 juin 1955 malgré l'opposition de Salah Ben Youssef pour qui ces accords constituaient un pas en arrière. En effet, contrairement à Bourguiba qui prône une indépendance obtenue pacifiquement, "à travers des étapes, avec l'aide de la France et sous son égide", Salah Ben Youssef soutient le panarabisme et souhaite l'indépendance totale et immédiate. Le différend entre les deux leaders du Neo-Destour finit par être tranché en faveur de Bourguiba quelques mois plus tard, évitant ainsi au pays le bain de sang que promettait une guerre frontale avec la France.
Le 20 mars 1956, la France finit par concéder à la Tunisie l'indépendance totale (à l'exception du port stratégique de Bizerte) et moins d'un mois plus tard fut élue l'Assemblée Nationale Constituante, dont Habib Bourguiba fut le premier président.
Les derniers restes de colonialisme prennent fin le 15 octobre 1963, avec l'évacuation de Bizerte, dernière base française dans le pays.

 

Source: tunisieonline.fr

 

 
 
 
 
En Tunisie   Promo  Thématique  Séjours   Gallerie Circuits Annuaire Histoire
Copyright © enextweb.com